Les marchés se calment après le sauvetage du Crédit Suisse

Le retour au calme est sans doute provisoire. Car le Crédit Suisse repris par UBS est maintenant à l’abri, mais les conditions de sa reprise ont jeté le trouble chez les investisseurs. En effet les porteurs d’obligations de la banque convertibles en action ont été sacrifiés et subiront 16 milliards d’euros de pertes, contrairement aux actionnaires.

Les autorités bancaires de l’UE ont de leur côté précisé que dans l’UE ce type d’obligations reste privilégié par rapport aux fonds propres ordinaires (donc aux actionnaires).

On attendait Jeudi la position hebdomadaire de la FED, qui devrait nous renseigner sur la situation des 3 faillites bancaires des dernières semaines et sur les banques régionales à la solidité douteuse. La plus menacée est First Republic, qui continue de décrocher malgré le renflouement par 11 grandes banques.

La FED étant en phase de resserrement monétaire, on se demandait si elle ferait une pause pour détendre les marchés ou si elle privilégierait la lutte contre l’inflation. En fait elle a coupé la poire en deux et opté pour une hausse limitée (0,25%)

Pour l’UE C. Lagarde a déclaré au Parlement Européen que la situation des banques européennes est solide et que de toute manière, la BCE était équipée pour fournir un soutien de liquidité si nécessaire.

Source : E. Albert & M. Angrand « Accalmie boursière pour les banques, la FED doit reprendre la main. » Le Monde 21 Mars 2023