Embellie pour l’emploi en 2019

Le taux de chômage a reculé en 2019, à 8,5% en milieu d’année. Ceci est dû à une croissance de l’emploi exceptionnelle, avec 260.000 emplois nouveaux.

D’où viennent ces emplois ? Il semble que 30000 ont été créés grâce à la transformation du CICE en baisses de charges sociales.

12000 emplois ont été créés dans l’industrie (première variation positive depuis une quinzaine d’années), 41000 dans le bâtiment (élections municipales et Grand Paris), 168000 dans les services marchands. Il y a eu aussi 14000 emplois aidés.

On note que 87% des nouvelles embauches sont en CDD. De ce fait le pourcentage de CDD dans l’emploi total monte progressivement (12,3% en 2017).

Toutes les catégories profitent des nouveaux emplois (sauf les seniors, légèrement négatifs). On note aussi des retours sur le marché de travailleurs qui avaient renoncé à travailler, notamment pour les seniors et les femmes, dont le taux d’emploi devrait augmenter.

Cette embellie est due avant tout à la croissance de l’économie, qui sera de 1,3% en 2019.

Source : Béatrice Madeline « En 2019, l’emploi a connu une belle embellie », Le Monde Economie & Entreprise, 27 Décembre 2019

N.D.L.R. : On peut se demander d’où vient cette croissance de l’économie, alors que les autres grands pays de la zone euro sont à la peine (Allemagne 0,5%, Italie 0,2%). La cause de la croissance ne serait-elle pas tout simplement keynésienne ? A la suite de la crise des gilets jaunes, le gouvernement a pris des mesures fiscales non prévues, pour un montant estimé entre 10 et 12 milliards d’euros, soit 0,4 à 0,5% du PIB. Si cette « relance » crée de l’emploi, il peut y avoir un effet « multiplicateur » qui pourrait expliquer au moins une partie de cette croissance supplémentaire. Reste à voir ce qu’il restera de cette manne en 2020. Si le gouvernement veut malgré tout tenir son budget « dans les clous », il est clair que la France rentrera dans le rang pour l’emploi aussi.