Le rapport Cap22 est-il vraiment enterré ?

A l’origine, c’est-à-dire en Octobre 2017, le « Comité Action Publique 2022 » est l’ossature de la volonté d’Emanuel Macron de réformer l’Etat, de baisser la dépenses publique de 60 milliards d’euros, et les prélèvements obligatoires de 3% (promesses de campagne pour la fin du quinquennat). Le Comité a 6 mois pour rendre son rapport.

Mais fin Avril, après l’enterrement dans la douleur du « rapport Borloo », l’exécutif décide qu’il ne faut pas publier des projets de décisions anxiogènes qui peut-être ne seront pas adoptées. Le rapport Cap22 sera donc également enterré. La publication est repoussée à plusieurs reprises, puis le 12 Juillet le Comité se réunit pour apprendre qu’il n’y aura pas de publication. Las, quelques jours plus tard il paraît dans le Figaro, heureusement entre la Coupe du Monde et l’affaire Benalla, et ne provoque aucune réaction.

Mais parallèlement, les mauvaises nouvelles sur la croissance vont obliger l’exécutif, qui entend garder ses objectifs, à accélérer la réduction des dépenses.

Cependant il entend maintenant annoncer les réformes une fois qu’elles sont décidées, à peu près ficelées et sans tambours ni trompettes : le 1er Février, la réforme de la fonction publique ; le 4 Juin, celle de l’audiovisuel public ; le 8 Juillet, celle des services de Bercy. Il a aussi annoncé que l’Education Nationale est dans les tuyaux, et qu’à la rentrée suivraient le réseau étranger de l’Etat, les Sports et la gestion des routes.

C’est pourquoi on peut dire que si le rapport CAP22 a été officiellement enterré, il vaudrait mieux dire qu’il a été mis de côté, et qu’on ne sait pas ce que le gouvernement veut faire de son contenu.

Source : Benoît Floc’h « Dépenses publiques : le gouvernement au pied du mur », et « CAP22, des ors de Matignon à l’enterrement sans fleurs ni couronnes », Le Monde 5/6 Août 2018