Vrai plan ou trompe-l’œil ?

Le gouvernement a annoncé son plan d’investissement, les fameux 50 milliards censés compenser les économies. Sur le papier, le compte est bon puisque sont prévus 20 milliards pour l’écologie, 15 milliards pour la formation, 13 milliards pour les investissements d’avenir et l’agriculture, et 9 milliards pour la transformation numérique de l’Etat, soit au total 57 milliards !

Ce qui est moins clair, c’est d’une part le caractère certain de ces dépenses, d’autre part l’origine des fonds.

Les crédits seront bien prévus dans chaque ministère, mais chaque année les actions seront évaluées et la répartition des fonds est appelée à varier dans le temps. « Nous sommes dans une logique de résultats, pas de moyens », précise M. Pisani-Ferry. Celui-ci a aussi annoncé la création d’une « banque pour la réforme de l’Etat », dotée de 700 millions d’euros, qui financerait les projets des ministères et se rembourserait sur les résultats. Le détail du fonctionnement n’est pas connu.

Par ailleurs c’est le flou sur ce qui est crédits nouveaux et ce qui est recyclage de crédits déjà prévus ou préexistants. Le Monde écrit que sur 57 milliards seuls 24 milliards seraient vraiment nouveaux. Plus précisément, la Caisse des Dépôts et BPI France devront emprunter pour financer 11 milliards, et la Banque Européenne d’investissements sera « sollicitée » pour financer des projets avec les entreprises privées. Il est précisé aussi que compte tenu des réorientations de crédits existants, seuls 30 milliards seront inscrit dans le budget de l’Etat sur les 5 ans.

Bref, au-delà de l’effet d’annonce, ce sont les détails d’application qui détermineront l’effet réel de ce plan, et au total on peut parier que nous serons loin de 57 milliards de crédits nouveaux.

Source : Benoit Floc’h et Audrey Tonnelier « Le gouvernement lance un plan de 57 milliards d’euros » Le Monde 26-09-2017

N.D.L.R. : Cette annonce ne modifie pas notre diagnostic que globalement l’effet des actions du gouvernement sur la conjoncture est clairement restrictif (voir « E.Macron peut-il réussir sa politique ? » sur ce site)